Le fleuve de la Somme

La Somme est un fleuve du nord de la France, dans la région Picardie, qui donne son nom au département de la Somme.

Les Romains l’appelaient Samara, reprenant ainsi des termes gaulois : som (tranquille) + aar (rivière) ou ar (vallée). Il est vrai que son cours est la plupart du temps extrêmement paisible. Le passage de la forme Samara à Somme peut être expliqué par un phénomène appelé sigmatisme, ici passage de R à S, Samara devient Samasa puis par amuïssement (affaiblissement) à la fois de A et de S et assimilation de S en M : SAMASA > SaMaSa > SaMMa > SOMME et cela sur une période difficilement définissable. Le nom de Samara a d’ailleurs été repris dans le sigle du parc préhistorique et de loisirs près d’Amiens (dénommée d’ailleurs Samarobrivapont sur la Somme – à la période gallo-romaine), entre Amiens et Abbeville : le Parc de Samara.

Sa source est située sur la commune de Fonsomme dans le département de l’Aisne à 86 mètres d’altitude, au sud-ouest de la Ferme Fervaques et de la Motte (126 m). Sa vallée forme un ensemble complexe de cours d’eau, de marais, d’étangs et de canaux. Le fleuve conserve sur toute sa longueur une orientation vers l’Ouest ou l’ouest-nord-ouest, mais il décrit de nombreux méandres.

La longueur de son cours d’eau est de 245 km

La Somme se jette dans la Manche par la baie de Somme entre le Crotoy et Saint-Valery-sur-Somme. Le cours naturel de la Somme donnait un estuaire au Crotoy, mais la situation dans la baie de cette plage exposée au Sud a donné lieu à un détournement artificiel de la Somme canalisée vers le port de Saint-Valéry-sur-Somme. (voir chapitre Canal de la Somme)

En archéologie, la vallée de la Somme est célèbre pour les nombreuses découvertes de sites paléolithiques, dont à Saint-Acheul, le site type de l’Acheuléen, devenu une référence universelle pour l’histoire préhistorique de l’humanité. Les niveaux archéologiques sont souvent datés grâce aux fossiles des sédiments alluviaux ou provenant des dépôts de pente (dont lœss et paléosols).

Dans le cours moyen du fleuve, aux environs d’Amiens, les systèmes de terrasses fluviales à fossiles sont particulièrement bien développés et préservés (avec 10 formations alluviales). Ces terrasses, de 5 à 55 m plus hautes que le substratum rocheux de l’actuelle vallée, permettent à la fois l’étude des changements environnementaux et celle des établissements humains de cette zone durant tout le Pléistocène.

Depuis 1988, une datation ESR (Résonance de spin électronique, méthode permettant de bonnes datations jusqu’à 400 000 ans environ avant nos jours) a été systématiquement appliquée aux quartz blanchis extraits des gisements fossiles fluviaux, pour mieux décrire l’évolution géologique du système de terrasses. Plus récemment, plusieurs méthodes de datation dont l’ESR ont été appliquées à des dents fossiles trouvées sur différents dépôts de terrasse, ce qui a permis de préciser la chronologie du système fluvial et des activités humaines pour le Pléistocène moyen du nord de la France.

La somme a ensuite connu de nombreux soubresauts de l’histoire, dont de très violents combats durant la Première Guerre mondiale. Une grande partie de son cours a été inscrit en Zone rouge (séquelles de guerre) après l’Armistice et a demandé un travail de désobusage et déminage qui n’est toujours par terminé.

 

La Somme traverse :

  • Aisne : Saint-Quentin
  • Somme : Ham, Péronne, Corbie, Amiens, Abbeville, Saint-Valéry-sur-Somme, Le Crotoy

Pour en savoir plus : cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *