Histoire de la Somme

Depuis le 2 janvier 2012, les habitants de la Somme s’appellent les Samariens et Samariennes, en référence au fleuve qui donna son nom au département, la Somme, dont le nom gaulois était Samara. Ce gentilé était auparavant largement utilisé, mais n’est devenu officiel qu’après un sondage réalisé par le conseil général de la Somme sur le site donnonsnousunnom.fr, à l’issue duquel il a obtenu la majorité et a été adopté. Avant cette opération, les habitants de la Somme n’avaient tout simplement pas de gentilé reconnu.

Le blason de la Somme :

 

Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir d’une partie de la province de Picardie (l’Amiénois, le Marquenterre, le Ponthieu, le Santerre et le Vimeu).

L’actuel département, cœur historique de la Picardie, a toujours été l’objet de convoitises de par sa situation stratégique entre Paris et les Flandres. Ce territoire largement ouvert a été le théâtre de certaines des batailles les plus marquantes de l’histoire de la France : conquête romaine, guerre de Cent Ans, guerres de Religion, guerre de 1870, Première Guerre mondiale et Seconde Guerre mondiale.

La Bataille de la Somme s’est déroulée en 1916.

La Somme fait partie de la région Picardie. Elle est limitrophe des départements du Pas-de-Calais, du Nord, de l’Aisne, de l’Oise et de la Seine-Maritime, et est bordée par la Manche autour de la baie de Somme.
la Somme est un plateau crayeux couvert de limon entaillé d’est en ouest par le fleuve qui lui a donné son nom, et dont l’estuaire sur le littoral de la côte picarde forme la baie de Somme.

La Somme est un département riche en sites touristiques. À Amiens on trouve la Tour Perret, plus haut immeuble en béton à sa création en 1959, la Maison de Jules Verne, Les Hortillonages, le Parc zoologique, la Place Marie sans chemise avec son horloge, le Beffroi, et la Cathédrale Notre-Dame d’Amiens, une des plus vastes d’Europe. Tous les ans au mois de décembre a lieu le plus grand marché de Noël du nord de la France.

Entre Amiens et Abbeville, le parc de Samara est un parc de loisirs traitant de la Préhistoire situé en Picardie, à quelques kilomètres d’Amiens dans la Somme.

A Ailly-sur-Noye, tous les vendredis et samedis de Mi-août à mi-septembre, a lieu le son et lumière “Le Souffle de la terre” déjà applaudi par plus d’un-demi million de spectateurs. Il raconte 2000 ans d’histoire de la Picardie durant une heure et demie de jeux de lumière, de feux d’artifices, de jets d’eau.

A Folleville, chaque année au début du mois de septembre a lieu une fête médiévale importante et populaire dans le parc de 4ha du château de Folleville.

A Naours, les grottes sont un des plus beaux exemples de muches picardes.

En Baie de Somme, chaque année en avril, a lieu le festival de l’oiseau et de la nature.


Histoire du passé
:

La présence d’hommes pré-néanderthaliens il y a 450 à 300 000 ans est attestée dans la Somme grâce à des fouilles réalisées à Amiens (quartier Saint-Acheul) et à Cagny, village voisin. Le site de Saint-Acheul a par ailleurs servi à nommer l’Acheuléen, une période du Paléolithique inférieur et l’industrie lithique correspondante.

Au troisième millénaire avant notre ère, la sépulture mégalithique collective de La Chaussée-Tirancourt, constituée de grandes dalles de grès, accueille en plusieurs siècles d’utilisation près de 350 défunts et constitue l’un des vestiges de cette nature les plus importants d’Europe. À cette époque, la Somme est parsemée de villages réunissant au plus quelques maisons rectangulaires de bois et de terre de 10 à 40 m de long, d’une architecture simple mais efficace.

Dès le IIIe siècle avant notre ère, l’actuel territoire de la Somme est partagé entre plusieurs peuples celtiques de la Gaule Belgique (Ambiens, Bellovaques et Suessions). On attribue à ces celtes belges l’aménagement du trophée et du sanctuaire de Ribemont-sur-Ancre où s’entassent des milliers d’ossements humains.

Suite à la colonisation romaine, et aux ambitions expansionnistes de l’empereur Caligula en Grande-Bretagne, Amiens (appelée alors Samarobriva) se trouve sur la voie entre Lyon et Boulogne et le principal nœud routier de la Gaule belgique

Au moyen âge, complétement christianisée, la région se releva des épisodes des incursions normandes. Villes et bourgs virent leur population s’accroître, leur économie s’organiser et prospérer à l’abri derrière leurs remparts. Les abbayes prirent un essor important (Corbie, Saint-Riquier), les édifices religieux donnèrent le ton au niveau architectural (art gothique à Amiens, Abbeville) et la puissance des fortifications militaires s’illustra par des réalisations comme à Ham, Lucheux, Péronne, Picquigny, Rambures. Politiquement, la bourgeoisie s’organisa et obtint des chartes communales avec autorisation d’édifier des beffrois, symboles de liberté des cités (Doullens, Rue, Saint-Riquier).

Comme ailleurs, les populations eurent à souffrir assez régulièrement des épisodes de famine et de peste.

Tout le territoire de l’actuel département eut à souffir de la Guerre de Cent Ans. En 1346, le Ponthieu vit l’affrontement terrible et lourd de conséquences de la Bataille de Crécy. En 1430, Jeanne d’Arc, prisonnière, passa notamment par Lucheux, Le Crotoy et Saint-Valery-sur-Somme.

De la Renaissance aux décennies précédant la Révolution, la Somme fut à la fois le théâtre permanent de luttes de frontières (illustrées par l’édification de citadelles de type Vauban, à Amiens et Doullens) et le cadre d’un extraordinaire essor textile favorisé par les décisions de Colbert, ministre de Louis XIV.

Au nombre des épisodes douloureux pour la population, il faut citer la grande disette de 1562 et de nouveau la peste en 1587 ainsi qu’en 1596.

Militairement, les Espagnols s’illustrèrent par exemple en 1593 en se répandant de nouveau dans le Vimeu, pillant et brûlant tout sur leur passage, puis en 1636 en prenant Corbie.

Après la victoire des coalisés à la bataille de Waterloo (18 juin 1815), le département est occupé par les troupes britanniques de juin 1815 à novembre 1818 (voir occupation de la France à la fin du Premier Empire).

Dès 1850, le développement de l’industrialisation se fit sentir. Les lignes de chemin de fer furent tracées, draînant une population attirée par de nouveaux ateliers s’implantant ici ou là, comme dans les vallées de la Somme et de la Nièvre, à Ailly-sur-Somme et Flixecourt, par exemple. Commença alors l’exode rural, le « monde ouvrier » demeurant parfois dans des cités spécialement construites à la demande des industriels-patrons, tels que les frères Saint et Carmicaël.

Lors de la Guerre franco-prussienne de 1870, le département fut envahi et occupé par les Prussiens. Des combats se déroulèrent en particulier à Amiens, Longpré-les-Corps-Saints et Pont-Noyelles. De nombreuses communes durent contribuer aux exigences imposées par les ennemis, en particulier par la fourniture de matériel (chevaux, chariots, foin).


Au cours de la Première Guerre mondiale, le département acquit durant cette guerre une célébrité morbide lors de Bataille de la Somme.

Toute sa partie Est (région d’Albert, Péronne et Roye) fut sillonné de tranchées et de sapes, dans lesquelles un nombre considérable de soldats furent tués et blessés. Les villages de cette zone furent évacués puis complètement rasés, et leur horizon est désormais parsemé de cimetières militaires et plus tard de monuments aux morts.

La ville d’Albert acquit une renommée pratiquement planétaire pour avoir offert, pendant de longs mois, le spectacle de la statue en déséquilibre sur le dôme de sa basilique aux combattants anglais, canadiens, américains et australiens, qui envoyèrent à leurs familles des cartes postales, des photos et des dessins de cette vierge dorée martyrisée par un bombardement.

En plus des destructions matérielles, de la destructuration des paysages (forêts rasées ou déchiquetées par la mitraille, sols bouleversées et souvent plusieurs fois retournés par la chute des centaines de milliers de tonnes d’obus, il a fallu un surcroît inimaginable de travail pour réhabiliter les routes, villages et terres cultivables dans le cadre de la reconstruction. Les habitants de ces villages se virent en outre privés d’une partie de leur mémoire : le patrimoine constitué par leurs archives a en effet pour une grande partie (registres paroissiaux et d’état-civil et d’autres archives) été dispersé ou est parti en fumée lors des incendie causés par les bombardements du leur chef-lieu d’arrondissement Péronne.

En 1918 et 1919, plusieurs localités eurent en outre à pleurer la disparition d’habitants (souvent de jeunes adultes) atteints de la grippe espagnole.

Les séquelles de guerre datant de cette période sont encore nombreuses. Elles ont justifié que le département soit après l’armistice classé en zone rouge. On continue à régulièrement retrouver des munitions non-explosées (dont obus chimiques parfois) lors des travaux agricoles et de terrassement. Il est probable que de nombreuses munitions ont été enterrées ou oubliées dans le sol, d’anciens marais, d’anciens bras mort de la somme et autres puits où elles restent dangereuses et susceptibles de relarguer les produits toxiques qu’elles contiennent. La prise en compte du fait que le sous-sol du département – de par son histoire difficile et sa topographie relativement plate – a été truffé d’une grande quantité d’abris, sapes, mines et tranchées. À la recherche d’abris lors de la deuxième guerre mondiale, la préfecture a réalisé un inventaire succinct des cavités existant dans le département. En vieillissant les galeries et cavités peuvent devenir dangereuse. Ce sont aujourd’hui les maires, qui assistés par le BRGM ont la responsabilité de finir et mettre à jour l’inventaire. Selon les données du BRGM, 485 communes sur 783 du département ont des cavités (de quelques m3 à plusieurs hectares de surface souterraine) sous les maisons ou sous des infrastructures, avec – avant décembre 1998 – 245 désordres recensés, dont un déraillement de T.G.V. en 1993. Les sapes ainsi que les refuges souterrains de la guerre de 1914- l9l8 sont essentiellement localisés sous la ligne de front ou à proximité. Certaines d’entre elles peuvent encore contenir des munitions non-explosées ou produits dangereux. Des ouvrages de casernements souterrains ou d’abris passifs ont aussi été réalisés lors de la Seconde Guerre mondiale, mais généralement plus solides (en béton armé). « Muches » (Muche signifie cachette en Picard) utilisées lors de la première guerre mondiale

En 1936, le département se distingua en envoyant à la Chambre le plus jeune député (27 ans), Max Lejeune.

Durant la Seconde Guerre mondiale, au printemps 1940, l’offensive des armées nazies mit toute la population du département sur les routes, dans une pagaille considérable, tentant de franchir la Seine.

Plusieurs villes déjà fortement touchée 20 ans plus tôt subirent d’importantes destructions lors de la Seconde Guerre mondiale : Abbeville, Albert, Amiens.

Le Samarien chez les CHATONS

C’est officiel, Le Samarien est entré dans le collectif des CHATONS depuis le 26 Mars 2018.

 

Les CHATONS, qu’est-ce que c’est ?

CHATONS siginifie Collectif des Hébergeurs Alternatifs Transparents Ouverts Neutres et Solidaires. Il a été initié par l’association Framasoft suite au succès de sa campagne “Dégooglisons Internet“.

Le but du projet est de rassembler des acteurs proposant des services en ligne libres, éthiques, décentralisés et solidaires afin de permettre aux utilisateurs de trouver rapidement des alternatives aux produits des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) et surtout respectueux de leurs données et de leur vie privée.

Chaque CHATONS propose différents sevices en ligne (mail, hébergement de sites web, des outils collaboratifs, des outils de communication, etc.), s’engage à n’utiliser que des logiciels libres, à ne pas exploiter vos données, à ne pas utiliser de régies publicitaires, à proposer régulièrement des rencontres “physiques” avec leur bénéficiaire.

Le projet CHATONS s’inspire des AMAP et propose donc de faire de l’informatique à l’échelle humaine. Le collectif est un réseau d’AMAP du service en ligne.

Là où Google, Facebook ou Microsoft représenteraient l’industrie agro-alimentaire, les membres de CHATONS seraient des « paysans informatiques » proposant des services en ligne “bio” :

– sans OGM (= sans logiciels privateurs ne garantissant pas vos libertés),
– sans pesticide (= sans baser leurs revenus sur la vente de vos données personnelles),
– sans marketing agressif (= sans régie publicitaire pistant vos comportements),
– sans une « course au pouvoir d’achat », qui en réalité porte tort aux petits agriculteurs (= prix équitables entre les chatons et leurs bénéficiaires)

CHATONS est donc tout à la fois une organisation de membres partageant les mêmes valeurs, et une forme de “label”.

Le Samarien chez les CHATONS

Depuis, le 26 Mars 2018, Le Samarien a obtenu le label “CHATONS” et entre donc dans le collectif par la grande porte. Le Samarien adhère à 100% à la Charte et au Manifeste du collectif.

Avec ce label, Le Samarien s’engage donc :

– à ne pas exploiter vos données personnelles
– à ne pas transmettre ni ne revendre vos données personnelles
– à ne pas revendiquer de droit sur vos données : textes, images, son, vidéo, ou tout autre élément, que vous téléchargez ou transmettez depuis votre compte.
– à ne pas utiliser votre contenu pour un autre usage que celui de vous fournir le service.
– à ne pas pratiquer de surveillance des actions des utilisateurs, autre qu’à des fins administratives, techniques, ou d’améliorations internes des services.
– à ne pas pratiquer de censure des contenus.

Votre contenu vous appartient et vous en êtes le seul responsable.

L’infrastructure pour Le Samarien se base sur un serveur unique derrière une connexion en fibre optique et auto-héberger. Le serveur est donc basé à Amiens ce qui en fait un service 100% local.

Sur Le Samarien, vous avez des services en ligne ouverts à tous :

– Rezo2France avec Mastodon : réseau social ouvert aux habitants des Hauts-de-France. Mastodon est décentralisé et fédéré comprenant déjà plus d’1 millions d’utilisateurs (alternative à Twitter)
– Le Butineur Samarien : méta-moteur de recherche qui ne vous piste pas et respecte votre vie privée
– Zerobin : gestionnaire d’extraits de texte et de code source, minimaliste et open source, dans lequel le serveur n’a aucune connaissance des données envoyées.
– Lutim hébergement et partage d’images anonyme

D’autres services sont également proposés mais uniquement ouverts à mes connaissances. Pour en savoir plus, vous pouvez me contacter ici ou venir directement me rencontrer.

Et pour terminer cet article, je vous dirais simplement que la route est longue mais la voie est libre.

Rejoindre le collectif des CHATONS

Avec Le Samarien, j’ai souhaité rejoindre le collectif des CHATONS. CHATONS signifie Collectif d’Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires. Le but de mon rapprochement avec le collectif est d’apporter ma pierre à l’édifice dans la construction d’un Web libre et éthique.

Chaque membre de ce collectif doit proposer une série de services en ligne tout en respectant la vie privée des utilisateurs.

Je vous propose des services ouverts à tous et d’autres qui ont besoin de mon intervention pour leur utilisation. Pour connaitre l’état de chaque service que je vous propose, une page est en ligne que vous pouvez consulter quand bon vous semble : https://services.lesamarien.fr

Les services ouverts à tous sont les suivants :

Mastodon : réseau décentralisé et fédéré (alternative à Twitter)

SearX (butineur Samarien) : un méta-moteur de recherche respectueux de la vie privée en anonymisant vos requêtes et éviter le piratage. Faites vos recherches sur un moteur qui va interroger Google, Bing, Yahoo, Wikipedia…

OpenSondage : service de sondage libre et alternatif

Zérobin : un pastebin minimaliste, libre et où le serveur n’a aucune connaissance des données copiées

Pour les services qui suivent, vous aurez besoin d’un compte créé sur YunoHost. N’ayant pas les moyens d’un GAFAM, je ne pourrais satisfaire tout le monde pour l’utilisation de ces services. Ceux-ci seront donc réservés exclusivement à mes connaissances directes ou indirectes. Toutefois, pour obtenir le sésame, contactez moi  :

Nextcloud : Nextcloud est une alternative à Dropbox ou Google Drive. Utilisez votre espace de stockage en ligne pour y héberger, synchroniser et même partager vos fichiers.

Lutim : application d’hébergement et de partage d’images de façon anonyme

Wallabag : Wallabag est une alternative à Pocket. Mettez de côté vos articles blogs et onglet « à lire plus tard » pour les retrouver aisément sur tous vos appareils.

Rainloop : webmail léger. Vous pourrez utiliser votre adresse mail fourni à l’inscription du compte YunoHost

D’autres services pourront également voir le jour si le temps et les moyens me le premettent.

Important : le site et les services étant auto-hébergés, je ne garantie pas la continuité de service à 100%., mais, je ferais de mon mieux pour que les services soient rapidement opérationnels et que l’interruption ne soit pas trop longue.

7 ème Salon caritatif Car Entr’aid

L’association CAR ENTR’AID, organisatrice de l’exposition solidaire de véhicules de collection et de prestige, fait son retour comme chaque année à Amiens, le Samedi 7 et Dimanche 8 Avril 2018 au Lycée St Riquier – St Acheul d’AMIENS

Venez voyager dans le temps, partager votre passion ou découvrir le monde de la voiture ancienne et de prestige lors de notre Salon. La manifestation consiste, comme vous le savez, à organiser un évènement agréable, festif, convivial et qui rassemble deux esprits, qui sont aujourd’hui les valeurs de l’association CAR ENTR’AID :

– L’amour et la passion des véhicules de collection et de prestige :
– L’esprit caritatif faisant appel à la générosité et à la charité.

Le Salon CAR ENTR’AID a pour but de récolter des fonds pour les enfants hospitalisés du CHU Amiens-Picardie, à travers l’intervention du clown Dr Micky dans les services de pédiatrie.

De nombreuses animations rythmeront la vie du salon tout au long de ce magnifique week- end, permettant ainsi aux visiteurs de vivre des expériences automobiles.

– Balade avec la voiture de votre choix dans l’agglomération Amiénoise ;
– Tours en voitures de course sur une piste extérieure ;
– Démonstrations de réparation, d’entretien, de réalisation de contrôle technique sur les véhicules de collection ;
– Stands de voitures miniatures, d’habits d’époque, de jeux picards, de restauration, ou encore de viennoiseries ;
– Et de nombreuses surprises vous attendent…

L’évènement se déroulera au sein de l’Ecole-Collège-Lycée St Acheul-St Riquier d’Amiens le samedi 7 Avril 2018 de 14h à 18h et le dimanche 8 Avril 2018 de 10h à 17h sans interruption.

L’entrée sera au tarif de 3 € et gratuite pour les moins de 10 ans.

Pour les équipages de véhicules de collection et de prestige, parking et entrée gratuite
(Possibilité de réserver un espace club).

Plus de 650 véhicules ont été exposés tout au long du week-end. Plus de 5 000 passionnés réunis.

4 500 € remis au Dr Micky le clown en 2017

Plus de 21 000 € récoltés pour les enfants hospitalisés en 6 éditions.

Pour en savoir plus :

– Site internet : carentraid.com 
– Mail : carentraid@gmail.com
– Tel : 06.84.71.21.30)
https://promopasloin.com/2018/02/07/7-eme-salon-caritatif-car-entraid/

Internet et les ports

Les ports sur un ordinateur sont des portes d’entrées et de sorties qui vous permettent de communiquer et d’échanger des informations avec un second ordinateur. Quand vous êtes sur Internet, vous échangez des données grâce à ces ports. Chaque port a ses propres caractéristiques :

– Lire le courrier
– Communiquer par des logiciels de messagerie
– Télécharger des fichiers…

Votre PC dispose en tout de 65 536 ports. Pour communiquer avec un autre ordinateur sur Internet, votre adresse IP (Internet Protocol) et un numéro de port sont nécessaires. Les ports sont les seules entrées et sorties pour l’échange d’informations par Internet.

ATTENTION !!! les ports sont aussi les portes par lesquelles un pirate informatique peut pénétrer à l’intérieur de votre ordinateur et vous dérober des informations. Le numéro du port spécifie le type de communication qui va s’établir entre les deux ordinateurs :

– Un serveur WEB utilise le port 80 pour vous fournir des pages WEB
– Un serveur de transfert de fichiers utilise les ports 20 et 21 pour le téléchargement de fichier
– Un serveur de messagerie utilise les ports 25 et 110 pour vous fournir et envoyer des messages

Une adresse IP et un port est une adresse unique sur Internet et est appelé un SOCKET.

Une adresse IP désigne un ordinateur unique et un port sert à identifier l’application qui va recevoir les données. L’ordinateur pourra donc renvoyer les informations à la bonne application grâce au port identifié.

– Les ports 0 à 1023 sont des ports RÉSERVÉS (généralement utilisés par les processus système)
– Les ports 1024 à 49151 sont des ports enregistrés (Registered Ports)
– Les ports 49152 à 65535 sont des ports dynamiques ou privés

Les ports d’un serveur sont généralement ceux compris entre 0 et 1023 et les ports d’un client sont choisi aléatoirement avec ceux restant disponible mais jamais entre 0 et 1023 qui eux sont réservés par le système.

A titre informatif, je vous donne une petite liste de port réservés

Port Service ou Application
21
23
25
53
63
70
79
80
110
119
FTP
Telnet
SMTP
Domaine Name Server
Whois
Gopher
Finger
HTTP
Pop3
NNTP

Pour protéger vos ports des pirates informatiques, la solution s’appelle le pare-feu (firewall). Le pare-feu à deux fonctions :

– Il détecte les ports ouverts
– Il referme les ports s’ils ne sont pas utilisés par une application

A titre informatif, voici une liste de port par application :


Application

TCP


UDP

Serveur Web
Serveur Web sécurisé
HTTP Alternatif
80
443
8080

Serveur FTP (Echange de fichiers)

21

Accès à un Shell sécurisé (SSH)22
Serveur de news (NNTP)119
Telnet23
Finger79

Courrier électronique :
POP3 : réception d’e-mail
SMTP : envoi d’e-mail


110
25

AOL Instant Messenger America Online443, 563
Partage de fichiers et d’imprimantes139, 445137, 138, 445 LapLink389, 1183, 1184, 1547
PCAnywhere Symantec5631, 5632
Msn Messenger :
Transfert de fichiers
Voix
1863
6891-6900
6901
1024 à 65535 Netmeeting389,522,1503,1720,1731
IRC serveur
IRC serveur sécurisé (SSL)
IRC serveur sécurisé (SSL) alternatif
6667
6697
7000

Jabber serveur
Jabber serveur sécurisé (SSL)
5222
5223

CU-seeme7648
Camfrog serveur60055000 à 15000 Backup Exec Veritas3032, 3033 137 ARCserve Backup445
WinMessenger139, 445137, 139 WinMX Frontcode66996257 Battlefield 1942
14567, 22000, 23000-23009, 27900, 28900 Crimson Skies Microsoft1121, 3040, 28801, 28805
Diablo II40006112 Need for Speed94426112 Need for Speed: Hot Pursuit 28511, 289001230, 8512, 27900
61200 à 61230
Rainbow Six2346, 2347, 2348
Rise of Nations Microsoft
34987 Soldier of Fortune II: Double Helix
20100 à 20112

 

Le moteur de recherche sur Internet

Internet est une vaste bibliothèque de documents avec une énorme quantité d’information. Ces informations se trouvent dans des pages Web qui se compte par millions. Chaque page peut se trouver n’importe où sur la toile mais également n’importe où sur la planète, alors comment retrouver un document ou une information précise :

Grâce aux MOTEURS DE RECHERCHE

Un moteur de recherche est un logiciel qui se trouve sur un serveur qui est connecté 24h / 24 sur le Net et accessible à tous les internautes de la planète.

Sa fonction est simple : Il doit répertorier les pages Web pour vous permettre de faire des recherches avec des mots clés dans un formulaire de recherche de ce même moteur.

Pour répertorier ces pages, le moteur utilise des ROBOTS (ce sont des logiciels). Ces robots parcourent les pages Web qui sont publiés sur le Net et suit les liens qui s’y trouvent pour pouvoir indexer tout le contenu dans d’énormes bases de données.

Quand vous faites une recherche dans un moteur, celui-ci interroge sa base de données. Si la ou les pages sont trouvées le moteur vous les affichent dans la page de réponses et vous fourni les liens vers celles-ci. Vous n’avez plus qu’à cliquer sur les liens pour accéder à votre demande.

Généralement, le moteur de recherche indexe les pages Web grâce aux méta-tags qu’il trouve dans les pages. Ces méta-tags se situent en général dans la page “index” (première page du site : un peu sa porte d’entrée), mais vous pouvez mettre également ces méta-tags dans n’importe quelle page de votre site Web. Ils se placent entre les lignes : “” et “” d’une page Web.

Le moteur utilise des opérateurs booléens : “et” – “ou” – “non“. Ces opérateurs sont symbolisés par les signes :  “+” et “

Voici une méthode pour faire une recherche :

Imaginez que vous souhaitiez savoir comment surfer tranquille sur Internet. Vous allez sur votre moteur de recherche favori et dans le formulaire de recherche tapez une des phrases suivantes :

le+samarien ==> cherche les pages avec 1 des 2 mots demandés (ou les 2)
+le+samarien ==> cherche les pages contenant les 2 mots demandés
\”le samarien\” ==> cherche les pages contenant la phrase entière
le* samarien* ==> cherche les pages avec des mots se rapprochant de ceux demandés

Si vous avez besoin de faire une recherche sur le Net, voici une petite liste de ces petites bêtes bien sympa et surtout très utiles à nos recherches dans cette gigantesque toile qu’est INTERNET :

Google
Qwant
Mozbot
Bing
Yahoo
Altavista
Excite
Alltheweb
Orindon
Recherche chez AOL

Internet et le DNS

Sur Internet, chaque ordinateur connecté possède sa propre adresse IP composé  de 4 numéros sous la forme suivante : xxx.xxx.xxx.xxx ou 192.168.120.120. Le nombre de connecté sur le net se compte par millions et même plus. Comme chaque site Web possède sa propre adresse, la possibilité de retrouver votre site web dans ce dédale d’adresse est quasiment impossible à moins de noter toutes les adresses IP de chaque site Web. Voici un exemple :

http://www.qwant.com ou http://194.187.168.100
vous amène au même endroit sur Qwant.com

Parce que le protocole TCP-IP le permet, vous pouvez associer les adresses IP à des mots du langage humain grâce au service que l’on appelle DNS pour Domain Name System.

Résoudre une adresse IP en nom commun du langage humain s’appelle : la résolution de nom de domaine.

Ainsi il sera plus facile pour vous avec votre navigateur de taper l’adresse https://www.qwant.com plutôt que http://194.187.168.100

Vu que sur Internet, le nombre de site Web augmente de jour en jour, le DNS ne suffit plus, un système centralisé de gestion des noms a été créé : le Domain Name System ou le Système de Nom de Domaine.

Le nom de domaine se décline en 2 parties :

– le nom du site : souvent le nom de l’entreprise…(qwant)
– le sigle ou l’extension qui décrit le type de site (.com pour un site commercial)

Tous les ordinateurs d’un domaine sont appelés “Hôte” (w w w signifie que le domaine est un serveur Web).

La totalité contenant : le nom d’hôte + un point + un nom de domaine se nomme : une adresse FQDN (Fully Qualified Domain Name) en traduction : nom de domaine totalement qualifié.

C’est justement grâce à cette adresse que vous pouvez retrouver tous les sites Web sur Internet.

www.lesamarien.fr est une adresse FQDN.

 

L’organisme InterNIC se charge des noms de domaines en .com.net, .org et .edu.

Tous les ordinateurs qui se connectent au Web se référent automatiquement à un serveur de noms de domaines, qui lui, vous permet de naviguer sur Internet en faisant le lien avec les adresses IP et les noms de domaines de chaque site Web.

Internet : adresse URL ou Web

Une URL est une adresse WEB, c’est à dire une adresse où se trouve un site ou une page Internet.

URL signifie : Uniform Resource Locator

Une URL désigne une ressource sur Internet avec un format de nommage universel. Cette adresse se décompose en plusieurs parties :

http://www.lesamarien.fr/internet/origine-d-internet.html

– Le protocole : http://
– Le World Wide Web : w w w
– Le nom de domaine : lesamarien
– Le sigle : .fr
– Le répertoire où se trouve la page : internet
– La page HTML : origine-d-internet.html

Le protocole est un langage de communication pour un réseau d’ordinateurs.

Le Protocole HTTP permet d’échanger des pages au format HTML par l’intermédiaire de lien HyperText.

Le w w w est un service créé dans les années 90 spécialement pour l’Internet.

Le nom de domaine est l’adresse du serveur où se trouve la page Web.

Le sigle permet de désigner à quel type de site l’on se réfère (.FR site situé en France, .US site situé aux Etats Unis…)

Le répertoire et la page constitue le lieu exact où se trouve la page Web dans l’ordinateur qui sert de serveur.

Le courrier électronique

Le courrier électronique est un service de l’Internet qui vous permet d’envoyer des messages en fichier Texte. Pour utiliser le courrier électronique plusieurs conditions sont nécessaires :

– Avoir un ordinateur
– Avoir un compte Internet avec un FAI (Fournisseur d’Accès Internet)
– Avoir un compte sur un serveur de messagerie (généralement votre FAI vous en fournis avec  votre abonnement Internet)

Le courrier électronique utilise principalement 2 ports avec votre logiciel de messagerie :

– Le port 110 ==> service POP3 (Post Office Protocol : Protocole de bureau de poste) sert à recevoir le courrier
– Le port 25 ==> service SMTP (Simple Mail Transfer Protocol : Protocole Simple de Transfert de Courrier) sert à envoyer le courrier

Le courrier électronique s’apparente à votre boite aux lettres de votre habitation. Pour protéger votre boite aux lettres électronique vous utilisez un nom d’utilisateur (Login) et un mot de passe (Password).

ATTENTION !!! Ne communiquez jamais votre login et votre mot de passe de votre messagerie

Une adresse électronique est reconnaissable par le sigle @ : arobase et qui peut se prononcer “A commercial” en français ou “at“. Ex :

nomutilisateur@domaine.fr

Avec le courrier électronique, vous pouvez envoyer toutes sortes de fichiers : texte, image, son, vidéo, liens Web… Il faut juste faire attention à sa taille, car certains serveurs limitent la taille des fichiers à quelques Mo seulement.
Pour envoyer et recevoir des messages, vous devez utiliser un logiciel de messagerie de type Thunderbird :

Outlook
Mozilla Thunderbird
Incrédimail

 

ATTENTION !!! Le courrier électronique est source de Virus, Chevaux de Troie et autres petites bêtes qui pourraient vous causer de très gros souci. C’est un service qui peut rendre votre système vulnérable si vous ne prenez pas certaines précautions.